Earthbound — In Dialogue with Nature
Artists

Alexandra Daisy Ginsberg

«The Substitute», 2019

The Substitute interroge le paradoxe flagrant de notre préoccupation à vouloir créer de nouvelles formes de vie tout en négligeant celles qui existent déjà. Le rhinocéros blanc du Nord, pratiquement disparu, est ramené à la vie, numériquement, grâce aux progrès de l’intelligence artificielle. Une projection grandeur nature montre le rhinocéros artificiel découvrant son environnement dans un espace blanc virtuel. Au fur et à mesure qu’il s’habitue à son nouvel espace, il devient de plus en plus « réel » et passe d’une distorsion pixelisée à un état proche de la réalité — une analogie avec la capacité de l’IA à apprendre de son environnement. Les comportements et les sons sont extraits de rares séquences d’observations scientifiques ; pourtant, faute d’environnement naturel, le rhinocéros reste manifestement artificiel. L’installation vidéo d’Alexandra Daisy Ginsberg s’intéresse à notre confiance dans la biotechnologie comme moyen de faire revivre des espèces déjà éteintes. Évidemment, la question se pose de savoir si nous serions capables de protéger un rhinocéros ressuscité, étant donné que nous avons déjà anéanti une espèce entière. Ou bien ce rhinocéros artificiel est-il un meilleur substitut au véritable animal ?

Alexandra Daisy Ginsberg (UK) réfléchit aux relations complexes que nous entretenons avec la nature et la technologie. Son travail explore des thèmes aussi divers que l’intelligence artificielle, la biologie synthétique, la conservation, la biodiversité et l’évolution, ainsi que la soif humaine d’« améliorer » le monde. Alexandra Daisy Ginsberg vit et travaille à Londres.